Compte rendu de la journée
Forum international sur les troubles d’apprentissage

À l’initiative de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse, samedi 30 janvier 2016, a eu lieu le premier « Forum international sur les troubles d’apprentissage » au European Convention Center à Luxembourg. Il s’agissait du plus grand événement jamais organisé par la Fondation, et dont le succès est largement dû à l’engagement personnel de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse, qui se dédie depuis plus de 20 ans à la cause des troubles d’apprentissage au Luxembourg et au niveau international.

1. Pourquoi un Forum international sur les troubles d’apprentissage ?

Les troubles d’apprentissage les plus connus sont la dyslexie, la dyscalculie, la dysphasie et la dyspraxie, ainsi que le trouble déficitaire de l’attention (ADHS) avec ou sans hyperactivité. Au niveau européen, il est estimé qu’environ 5 à 10 % de la population souffrent d’un ou de plusieurs troubles d’apprentissage.

Début 2016, il n’existait pas encore d’outil de diagnostic officiellement reconnu, ni de recherche statistique générale ou spécifique au Luxembourg. Les aides publiques et privées pour les parents concernés étaient encore très limitées. Cependant, les conséquences d’un trouble d’apprentissage non détecté et non traité sont indéniables pour le futur de l’enfant : frustrations, échecs scolaires, décrochage scolaire et exclusion sociale. Souvent, les enfants atteints de troubles d’apprentissage vivent des moments difficiles dès leur entrée à l’école fondamentale. L’accompagnement de ces élèves mérite une attention toute particulière de la part des parents, des enseignants et des professionnels du secteur.

2. Publics cibles du Forum

Les publics cibles du Forum étaient des parents d’enfants concernés, des enseignants (surtout de l’enseignement fondamental, mais aussi du secondaire), des professionnels et des praticiens de terrain travaillant avec des enfants atteints d’un ou de plusieurs troubles d’apprentissage (éducateurs, psychologues, membres des « équipes multi-professionnelles », orthophonistes).

3. Buts du Forum

Les buts du Forum étaient de mettre en évidence l’ampleur des troubles d’apprentissage au Luxembourg, d’être à l’écoute des parents, enseignants et professionnels concernés, de les informer et de leur donner de l’espoir, d’identifier et de mettre en exergue des bonnes pratiques au Luxembourg et dans quelques pays de l’Union européenne et de faire passer les messages-clés suivants : a) un trouble d’apprentissage n’est pas un handicap ; b) un enfant atteint d’une DYS peut très bien réussir dans la vie, si son problème est reconnu à temps et si la prise en charge est adéquate ; c) le droit de l’enfant à être aidé est un Droit de l’Enfant et un Droit de l’Homme.

4. Moments forts de la journée

Modérée par Nathalie Reuter, la journée a connu plusieurs moments forts. Son Altesse Royale la Grande-Duchesse a souhaité la bienvenue aux 1 500 personnes et rappelé combien elle souhaitait, par cette journée, initier un dialogue et créer une plateforme d’information et d’échange pour toutes les personnes concernées par le sujet des troubles d’apprentissage. Son intervention était suivie par la contribution de Sir Jackie Stewart, profondément dyslexique lui-même et triple champion du monde en Formule 1, qui a montré que sa dyslexie ne l’a en rien empêché de réussir dans la vie.
Lors de la table ronde, le Prince Louis, le Professeur Germain Weber (Doyen de Faculté de Psychologie, Université de Vienne), M. Jean-François Delsarte (dyslexique lui-même, ancien conseiller de la Ministre de l’Education wallonne), Mme Suzette Everling (pionnière en matière de troubles d’apprentissage au Luxembourg) et Mme Tschierschke (mère d’un enfant concerné) se sont échangés sur leur vécu personnel et ont soulevé les bonnes pratiques mises en œuvre en Belgique, en Autriche et au Tyrol du Sud.
L’après-midi, les participants du Forum avaient la possibilité de s’inscrire à dix ateliers animés par des spécialistes luxembourgeois, belges et anglais.
En guise de clôture de la journée, M. Meisch, Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse a remercié Son Altesse Royale la Grande-Duchesse d’avoir initié ce premier forum international sur les troubles d’apprentissage, pour ensuite présenter les actions à entreprendre par son ministère. Dans son allocution de clôture, Son Altesse Royale la Grande-Duchesse a remercié tous ceux qui ont contribué au succès de la journée.
Tout au long de la journée, les visiteurs avaient la possibilité de s’informer dans les 20 stands du village du savoir.

La présence de Son Altesse Royale le Grand-Duc et de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse, du Prince Guillaume et de la Princesse Stéphanie, du Prince Louis et de la Princesse Tessy, du Prince Sébastien, de la Princesse Margareta de Liechtenstein et de la Princesse Sumaya de Jordanie, de même que celle de M. Mars di Bartolomeo, Président la Chambre des Députés, de M. Nicolas Schmit, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire, de M. Romain Schneider, ministre de la Sécurité Sociale, de Mme Corine Cahen, Ministre de la Famille et de l’Intégration et de. M. Claude Meisch, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse ont souligné l’importance accordée à cette journée mémorable.

5. Sponsors et bénévoles

Ce premier Forum international sur les troubles d’apprentissage a pu être réalisé grâce au soutien de plusieurs sponsors (Oeuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte, Banque Internationale à Luxembourg, Kiwi Media, European Convention Centre Luxembourg, Sodexo et Marcel Grosbusch et fils) et grâce à la précieuse contribution d’une quarantaine de bénévoles.
L’intérêt du public fut tel que la salle initialement prévue (capacité d’accueil : 650 personnes) était remplie avant même que la campagne médiatique n’eût été lancée. Afin de pouvoir répondre à la demande pressante du grand public, les organisateurs ont décidé d’augmenter la capacité d’accueil de 650 à 1 450. Deux salles de retransmission et une transmission en direct via le site www.dysforum.lu ont été mises en place.
L’afflux d’un nombre aussi important de parents, d’enseignants et de professionnels travaillant avec des enfants atteints d’un trouble d’apprentissage, montre clairement que le besoin de formation, d’information et d’échange autour du sujet des troubles d’apprentissage persiste. Le succès de la journée était considérable. Le public a pu s’informer, se former et rencontrer des experts et des professionnels du secteur des troubles d’apprentissage en provenance d’Angleterre, de la Belgique, d’Écosse, d’Allemagne et du Luxembourg. Le feedback formel et informel reçu de tous les bords pendant et après le Forum a été très positif.

Guy Schmit
Directeur
Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse